top of page

Etes-vous hypersensible ?

Dernière mise à jour : 14 janv.

C'est aujourd'hui, 13 janvier, la journée mondiale réservée à l'hypersensibilité.

On en parle de plus en plus, mais sait-on vraiment ce qu'est l'hypersensibilité ? Comment la reconnaître ?

Et comment la gérer ?


femme rousse se cachant dans un arbre à feuilles blanches

Savez-vous que la proportion des personnes hypersensibles est estimée entre 15 à 20% de la population mondiale ? Certains chercheurs parlent même de 30%. Nous sommes donc loin d'être des cas isolés, seuls. Pourtant bien souvent incompris dans nos familles, nos amis, la société.


Être hypersensible ou à haut potentiel dépend de notre milieu environnemental, de notre éducation, de la vie que l’on peut avoir avec tous ces différents aspects (rencontres, épreuves, travail, etc…) et les traumatismes vécus ou subis.


Si vous ne savez pas si vous êtes hypersensible, je vous invite à passer le test ci-dessous.


TEST atypique
.pdf
Download PDF • 186KB

Pour nous, hypersensibles, on perçoit la vie par nos sens.

Notre cerveau est très affuté et il perçoit les choses de manière amplifiée. Cette hyperesthésie peut exister sur un ou plusieurs sens :

-         les bruits réguliers qui dérangent (fourchette contre les dents, clic-clic d’un stylo…), les musiques trop fortes…

-         au niveau sensoriel, les étiquettes qui grattent, les tissus trop rêches ; on ressent le moindre cheveu sur soi, …

-         au niveau alimentaire : ne pas supporter qu’un couvert touche plusieurs aliments (beurre et miel pour le couteau du petit déjeuner ; couteaux pour la préparation du repas et non pour manger…

-         les lumières trop vives, éblouissantes…

-         les bains de foule…

 



belle femme brune hypersensible

L’hyperémotivité c’est quant on ressent toutes les émotions de façon accrue, qu’elles soient positives ou négatives : on pleure devant un film ou une série, comme si nous étions nous-mêmes en proie à cette détresse ou cette joie… on rit tout-e seul-e et bruyamment au cinéma… on perçoit la tristesse ou la mélancolie d’une amie dès son arrivée dans une pièce… un haussement de sourcils, un regard soutenu ou une absence de regard d’une amie… un non-dit ou une allusion soi-disant anodine, et on le prend à cœur, pour soi ; on ressasse encore et toujours ce moment fugace … on est mal dès qu’une petite tension existe entre deux personnes à tel point que l’on doive quitter le groupe ou la pièce… et on peut en être malade plusieurs jours…


Notre rapport au stress n’est pas bien géré. Nos émotions étant mal identifiées, elles sont mal gérées et notre stress est décuplé, parfois suite à une action ou une pensée fugace ou imaginée…

Comme on ressent tout tellement plus fort que la plupart des personnes, tout est sujet à ce stress, positif ou négatif : une joie sera vécue intensément mais les séparations seront difficiles (on peut pleurer quand on quitte la famille ou les amis…). Les divorces et séparations d’avec un conjoint seront très douloureuses et longues à cicatriser, une haute trahison à guérir et il faudra du temps pour en guérir…

Beaucoup de personnes, qu’elles sont proches ou moins proches de nous, pourront faire des remarques, mais il faudra les ignorer ou les prendre comme des compliments : « je suis comme je suis, avec des ressentis et des émotions amplifiées, ce qui fait de moi une personne vivante et vibrante, beaucoup plus que la normale, et c’est là une de mes caractéristiques et une de mes forces ! ».

A l’examen par IRM du cerveau d’hypersensibles, il a été constaté qu’il ne fonctionnait pas de la même façon. C’est donc un fonctionnement physiologiquement différent ! Ce qui ne veut en aucun cas dire de manière anormale ! Il n’est pas anormal d’être brune ou d’avoir les yeux marron… D’avoir la peau blanche ou qu’elle soit noire…

Nous sommes des êtres humains complets avec une particularité qui fait notre singularité.


Que faire pour pallier à cette sur-activité neuronale due à l'hypersensibilité ?

Nous l'avons vu, tout est vécu pour une personne hypersensible de manière exacerbée.

Il est donc important d'apporter certains nutriments essentiels en plus grandes quantités du fait de cette sur-activité neuronale.

Évidemment il faut aussi vérifier qu'on est en capacité de bien les assimiler pour bien fonctionner, éviter la surcharge mentale, la fatigue émotionnelle qui en découlent et qui peuvent mener à l’épuisement voire au burn-out.

S’il ne respecte pas ses besoins nutritionnels spécifiques avec des apports ciblés, l’hypersensible pourrait se trouver en carences et risquerait de rencontrer ou accentuer :

·         des difficultés à se concentrer

·         des difficultés de mémorisation

·         un brouillard mental

·         également des troubles hormonaux

·         une anxiété accrue

·         un ou plusieurs troubles parmi les maux cités plus haut (qui s’ils ne sont pas équilibrés pourraient s’accentuer avec les années). C’est le cas notamment des femmes hypersensibles après 40 ans qui, comme moi, n'ont pas su qu'elles étaient HS et n’ont pas équilibrées leur haute sensibilité et qui souffrent donc d'épuisement de la thyroïde, donc d’hypothyroïdie.

Nous verrons donc dans un article suivant comment pallier aux besoins spécifiques de l'hypersensible notamment au niveau nutritionnel, mais aussi comment gérer cette hypersensibilité par des conseils testés et éprouvés.


Cette particularité est un atout, un don, bien que souvent on n'en voit que les mauvais côtés (on pleure pour pas grand chose, on s'émeut rapidement, on fatigue très vite, etc...) mais j'aime à dire que nous sommes complets et que les autres ont un manque (celui de l'empathie, de ces émotions qui sont belles et bonnes à vivre, et que ça doit être bien tristounet de n'avoir que peu d'émotions...).


Quelle que soit votre singularité, vous êtes vous et vous êtes une belle personne !

Prenez soin de vous !








 

 

 

bottom of page