Laurence TREHOUT
Naturopathie à Alès
9 rue Jules Renard, 30100 Alès
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 12h30 et de 13h30 à 19h30
 
06 09 45 67 75

Ne fais pas de suppositions

10 Août 2022 Laurence TREHOUT Emotions

Le troisième accord toltèque porte sur une forte tendance que chacun de nous, à savoir : faire des suppositions. Les hypothèses que nous formulons sont du même ordre que la médisance. On pourrait même dire que dans la plupart des cas celle-ci prend racine dans nos suppositions. Nous en faisons sans arrêt, sans y faire attention tant l’habitude d’en faire est ancrée en nous, et pourtant elles sont à l’origine de beaucoup de peine :

« Cette femme a dix ans de moins que lui : elle n’est intéressée que par son argent »

« Il a oublié mon anniversaire : il n’en a rien à faire de moi »

« Cette fille/ce garçon est trop bien pour moi ; je n’ai aucune chance ! »

« Elle ne m’a pas regardé ; elle est fâchée contre moi ! »

Le problème c’est qu’à force faire des suppositions nous finissons par les croire. En faisant des suppositions nous interprétons des événements en leur donnant le sens que nous pensons qu’ils ont. C’est ainsi que nous nous convainquons que ces interprétations sont le reflet de la réalité. Au final, nous prêtons des intentions aux autres sur la seule base de postulats, souvent erronés, auxquels nous nous sommes convaincus de croire.

Une des suppositions les plus communes est de croire que les autres pensent de la même manière que nous. Nous oublions souvent que chacun à sa propre perception du monde, que chacun réagit différemment à des situations semblables. Nous en arrivons à croire que tout le monde juge, pense et agit de la même façon que nous. Et c’est souvent à partir de cela que nous créons des scénarios factices à propos des gens qui nous entourent.

Les personnes sur lesquelles nous faisons le plus de suppositions sont les personnes avec qui nous sommes les plus proches. En effet, lorsque nous sommes avec un(e) ami(e) proche, voire avec notre conjoint, nous nous disons que cette personne nous connaît vraiment bien. Elle sait quels sont nos besoins si bien que nous ne sentons plus la nécessité de les exprimer parfois. On se dit que l’autre sait ce que l’on veut, il n’est donc pas utile de le rappeler. Ainsi, quand cette personne ne fait pas ce que nous attendions d’elle nous nous sentons blessé-e : il / elle aurait dû le savoir !

Prenons un exemple concret : lorsque l’on veut séduire une fille ou un garçon qui nous plaît. C’est probablement un des moments où l’on fait le plus de suppositions. On croit trouver des sous-entendus dans tous les sms que l’on échange avec elle ou lui. Si elle ou il ne répond pas directement à notre appel, c’est qu’elle ou il n’est pas intéressé-e. Si on persévère quand même et que l’on arrive à obtenir une date, on va continuer d’interpréter tous ses faits et gestes.

Un jour elle ou il nous fait une réflexion négative, c’est qu’elle ou il ne nous apprécie pas. Le jour d’après elle / il nous complimente, c’est donc qu’elle / il veut se marier, avoir trois enfants et emménager avec nous dans le petit village dont on avait parlé avec elle / lui.

Cet exemple, bien que caricatural, illustre l’impact de cette mauvaise habitude reste très important sur notre quotidien. C’est une perte de temps et d’énergie. Cela peut même vous amenez à laisser passer des occasions qui auraient finalement pu se concrétiser. Le paradoxe avec les suppositions c’est que souvent on en veut aux autres pour des choses qu’ils n’ont pas faites. Au lieu de cela, osez poser des questions. Vous vous éviterez ainsi de nombreux problèmes inutiles.

Pour résumer et conclure le troisième accord toltèque, voici une citation de Don Miguel Ruiz :

 « Voilà donc quel est le troisième accord toltèque : ne faites aucune supposition. Formulé ainsi, cela semble facile, mais je suis conscient combien c’est difficile à mettre en œuvre. La difficulté provient de ce qu’on fait généralement l’inverse. On a tous des habitudes dont on n’est même pas conscient. Les amener à la conscience et comprendre l’importance de cet accord est donc le premier pas à franchir.

Mais la compréhension n’est pas suffisante. Une information ou une idée ne sont que des graines dans notre esprit. Ce qui va vraiment faire la différence, c’est l’action. Le fait de mettre une chose en pratique, jour après jour, renforce votre volonté, nourrit la graine et établit des fondements solides pour que se développe une nouvelle habitude. »

Cette semaine, apprenons ensemble à ne pas faire de suppositions.

Osons poser des questions et dire ce que nous désirons.


Articles similaires

Derniers articles

5 conseils pour retrouver le sommeil

Comment traiter les intolérances alimentaires ?

Semaine de la réflexologie plantaire

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.